Alors ? Ce monde d’après ?


Hier matin vers 8h45, je suis descendu de chez moi pour aller faire quelques courses à l’épicerie située à 200 mètres.

Il n’aura fallu que 200 mètres pour que je croise 1 piéton en train d’engueuler un automobiliste qui s’est arrêté au feu rouge mais sur le passage piéton, 2 cyclistes qui insultaient un scooter qui leur avait coupé la route, 1 femme en train de hurler dans son téléphone en disant que plus jamais "elle ne voulait avoir de ses nouvelles", des gens aux visages fermés presque tristes, 1 caissière qui a oublié de répondre à mon bonjour/au revoir et qui m’a rendu la monnaie comme on jetterait du poison sur son pire ennemi…

Sur le chemin du retour, j’ai croisé le SDF qui est là toute la journée à faire la manche, j’ai vu trop de gens avec la même paire de baskets Nike Air Force 1 en train de marcher et de regarder leur téléphone portable, puis j’ai été choqué de voir un camion utilitaire passer devant moi avec côté passager, un homme à la 30aine, fenêtre ouverte qui jouait à tirer sur les passants avec ses doigts en forme de pistolet.

Tout ceci s’est vraiment passé. Vous pourriez croire que je brode un peu. Je vous jure que c’est vrai.

Une fois rentré chez moi, je me suis demandé où étaient passés les messages d’amour universel, de paix, de « plus jamais comme avant », « construisons le monde d’après », dont nous avions été inondés pendant les périodes de confinement. Je me suis demandé où était passée toute la zénitude que chacun avait pu (re)trouver pendant la pause imposée.


Puis je me suis interrogé sur ce monde d’après. A quel moment avons-pu nous croire que la vie d’après serait meilleure que celle d’avant ?


Les gens sont stressés, agacés de se retrouver à devoir se rendre au bureau, prendre les transports, renouer avec la foule et le bruit quand on s’était habitué à un rythme plus lent, plus doux, plus calme.

Certains sont anxieux parce qu'au travail ça ne va pas fort à cause du contexte, certains sont fatigués moralement de devoir faire attention, d'autres n'arrivent pas à retrouver le rythme d'avant...


La période actuelle est bien complexe, car on a sous estimé les ravages provoqués par la crise du covid. Il y a eu un état d’urgence, des actions mises en place par les dirigeants pour l’économie, pour les règles sanitaires, mais aucun accompagnement psychologique. Aucune consigne. Aucune transition.

Un jour on ferme tout et on cloitre les gens chez eux et le lendemain on les balance dans la routine quotidienne métro-boulot-dodo.


On sous-estime les séquelles que cela va laisser chez de nombreuses personnes à qui l’on demande de reprendre une vie normale en oubliant ce qu’ils ont traversé pendant 18 mois. On oublie les souffrances de certains qui ont perdu des proches, on ne rend pas hommage aux 117 000 morts, on oublie les efforts consentis, on ne salue pas nos héros. On demande plutôt aux gens de reprendre une vie normale, la même qu’avant mais avec le poids des récents événements sur la conscience et on nous met sur l'autoroute d'une campagne présidentielle dont les débats ne tiennent pas compte des 18 derniers mois vécus.


On crée des troubles psychologiques profonds qui se manifestent par des troubles du sommeil, des troubles émotionnels, des troubles digestifs chez des patients qui affluent chez moi en consultation.


Alors ce monde d’après ?

Et bien… il est en vous. Ce n’est pas le monde qui doit changer. C’est vous-même. Au plus profond de vous.

Faites la liste de ce que vous aimeriez changer. Souvenez-vous de ces images, vidéos que vous aviez vu pendant les confinements, ces sensations qui vous avaient pris aux tripes et qui vous avez fait dire intérieurement « oui, ça il faut que ça cesse, ou il faut que j’arrête, il faut que je change » et mettez en oeuvre ces décisions.


Pour celles et ceux qui ont déjà amorcé un changement, faites la liste de ce que vous avez changé depuis le début de la crise covid et persévérez.


C’est vous + lui + elle + beaucoup de gens qui permettront un changement plus large.

N’attendez pas que les autres autour de vous changent. Changez en premier et embarquez vos proches dans ce changement.


Le monde d’après ressemblera au monde dans lequel vous avez décidé de vivre.